Mes dessins pour Inktober 2018

Octobre est terminé, c'est le moment de publier mes dessins réalisés pour Inktober et faire un petit bilan de cette première participation.

Pour rappel, chaque dessin a été publié quotidiennement sur mon compte Mastodon au fur et à mesure des réalisations.

Voici tout d'abord les dessins. Comme il y en a 31 - un par jour du mois d'octobre - j'ai fais des groupes de six sous forme de mosaïques pour éviter la ribambelle d'images. J'ai utilisé le l'outil Photocollage pour générer ces mosaïques.

Pour m'inspirer j'ai suivi le «prompt» officiel, soit une liste de mots servant de thème au dessin du jour.

Première mosaïque avec les jours 1 à 6 : poisonous (toxique), tranquil(le), roasted (rôti), spell (envoûtement), chicken (poulet) et drooling (salivation).

inktober-mosaique-1.jpg

Nota : la mauvaise qualité des miniatures ne vient pas du logiciel Photocollage mais uniquement du fait que j'ai utilisé des images déjà bien réduites et compressées avant de les intégrer aux miniatures. Compresser du jpg plusieurs fois, ça abîme. ;)

Au septième jour il y avait le mot exhausted (fatigué), comme mon pôv' crayon ... il faut savoir que pour la majorité des dessins j'ai d'abord tracé la base au crayon de mine (oui, j’appelle le crayon à papier un crayon de mine) avant d'encrer et gommer la crayon. Certaines parties ont quand même été faites directement au feutre.

7-exhausted-min.jpg

Ensuite il y a eu star (astre), precious (inestimable), flowing (coulant), cruel (impitoyable), whale (baleine) et guarded (protégé).

inktober-mosaique-2.jpg

Puis sont venus clock (horloge), weak (fragile), angular (anguleux), swollen (gonflé), bottle (bouteille) et scorched (brûlé).

mosaique3

Octobre était bien avancé mais il en restait encore près de la moitié : breakable (cassable), drain (canalisation), expensive (onéreux), muddy (boueux), chop (hacher)et prickly (piquant).

inktober-mosaique-4.jpg

Pour finir, strecth (extensible), thunder (tonnerre), gift (cadeau), double, jolt (choc) et slice (tranche).

inktober-mosaique-5.jpg

Globalement j'ai pris plaisir à gribouiller un peu chaque jour, même si parfois j'ai vraiment fait les choses à l'arrache par manque de temps ; heureusement que j'avais prévu de faire uniquement des petits dessins.

Trente et un jours c'est trop court pour faire des progrès réellement visibles mais ça apporte quand même.
Sur la fin, j'ai préparé moins de traits au crayon, je me suis senti plus capable de les faire directement avec le feutre, sans possibilité de corriger.
Je me suis également épatée en réussissant à suivre la liste de mots prédéfinis sans jamais dévier. En effet j'ai toujours eu beaucoup de mal avec les sujets imposés. Respecter la liste était pour moi un défi dans le défi.

Certains dessins ne ressemblent pas à grand chose, d'autres sont un peu plus réussis, quelques uns feront l'objet d'un second travail pour en faire une «meilleure» version car l'idée couchée sur le papier me plaît.

Le fait d'aller quotidiennement sur Mastodon pour publier mes dessins m'a fait découvrir par la même occasion des crayonneurs de talent. J'ai aussi trouvé intéressant de voir comment un mot de la liste pouvait être interprété de mille façons.
Certains artistes ont en plus ajouté un thème à la liste, j'ai particulièrement aimé la série des robots d'Aurélien Gâteau et celle sur Alice au pays des merveilles de Sissone. Quelques uns ont même réussi l'exploit de créer une histoire en trente-et-un dessins.

Côté matériel, j'ai utilisé un simple feutre d'une marque de surligneurs bien connue et du papier fin avec un grain très léger pour dessiner des croquis. Le feutre choisi est un peu fin à mon goût, j'aime bien les contours épais ; au début j'avais tendance à repasser 2 fois mes traits avant de me forcer à ne plus le faire ... à l'occasion il faudra que je m'offre un feutre plus épais. Le fin est par contre parfait pour les traits à l'intérieur des contours, les détails ou les petits motifs.

Les dessins ont été photographiés (j'ai eu la flemme de scanner) et les photos retouchées avec Gimp notamment pour améliorer le rendu du contraste entre le noir du feutre et le blanc du papier pas toujours génial les jours où il a fait ciel gris. Je n'aime vraiment pas photographier sous lumière artificielle alors je me suis contentée de faire avec le peu de naturelle disponible.

Il ne me reste plus qu'à relier mes feuilles de dessins en carnet, sans oublier de photographier les étapes pour illustrer le futur tutoriel de reliure à la japonaise qui sera publié prochainement sur ce blog.

Conclusion : cette première participation au défi Inktober à été une bonne expérience. Voir les œuvres des autres participants m'a bien encouragée à tenir le rythme pour faire un dessin par jour quoiqu'il arrive. Je pense déjà remettre ça l'an prochain. 8)