La Filacroche

Artiste O'Fil & Serial Plieuse

Quelques photos d’Alsace

Vue du paysage depuis le château du Haut Koenigsbourg
Vue du paysage depuis le château du Haut Koenigsbourg.

En mai j’ai passé cinq jours en Alsace. C’est une belle région, riche en lieux à visiter. Cette brève escapade fut bien agréable d’autant que le soleil et la chaleur étaient au rendez-vous, très chaud d’ailleurs pour un moi de mai car les 30°C ont été dépassés presque tous les jours.

Je suis rentrée avec des images plein la tête et l’appareil photo, un assortiment de gâteaux déjà avalé et une collection d’ampoules aux pieds qui furent vite oubliées.

En principe l’oiseau emblématique de l’Alsace est la cigogne, mais dans mon appareil photo le seul volatile présent est un héron à l’air mécontent, aperçu tout près de la « petite Venise » à Colmar.

Un héron qui n’a pas l’air content
Admirez ce regard qui tue.

- - -

Ce ne sont pas les châteaux qui manquent en Alsace, le temps n’étant pas extensible il a fallu en choisir un. Le vainqueur fut celui du Haut-Koenigsbourg situé prés de Sélestat.

Une tour à l’intérieur du Château du Haut-Koenigsbourg

Ce château a été érigé au douzième siècle et abandonné après 1633. Il a la particularité d’avoir été entièrement restauré au début du vingtième siècle. À la fin de la visite sont exposées des photos de la restauration façon avant-après. Le travail accompli est impressionnant.

Le lieu est magnifique, l’intérieur est rempli de peintures et autres décorations représentant un moyen-âge fantasmé, exemple avec ce détail d’un plafond d’une salle particulièrement riche en décors :

Détail d’un plafond dans un salle du Château du Haut-Koenigsbourg

Ah, et puis il abrite quelques jolis poêles alsaciens en faïence aussi.

- - -

Ce ne sont pas non plus les édifices religieux qui manquent en Alsace. Ces monuments imposants sont difficiles à photographier en plein, les ruelles ne permettent pas toujours suffisamment de recul, d’autant plus qu’il y avait du monde.

L’église d’Obernai
La façade de l’église d’Obernai.

À Strasbourg, pour 8€ on peut accéder à la plateformes de sa cathédrale gothique, Notre Dame de Strasbourg. 332 marches plus tard nous voilà perchés à 66 mètres de haut pour admirer la vue sur la ville.

Vue de Strasbourg depuis les hauteurs de la cathédrale
Vue de Strasbourg depuis les hauteurs de la cathédrale.

En redescendant, 332 marches encore, on voit mieux les toits que depuis le bas, c’est le moment de capturer une chouette gargouille dans ma boîte à images.

Une adorable gargouille sur un des toits de la Cathédrale de Strasbourg
Une adorable gargouille sur un des toits de la Cathédrale de Strasbourg.
Arches de la Cathédrale de Strasbourg vues depuis l’escalier
Arches de la Cathédrale de Strasbourg vues depuis l’escalier.

Tout près de la cathédrale il y a un bâtiment qui, de loin, m’a fait penser à un navire ancien. Ça ne se voit pas bien sur la photo mais toutes les parties en bois sont sculptées.

Une maison qui ressemble à un navire ancien, à Strasbourg

- - -

À Neuf-Brisach, les fortifications Vauban sont en très bon état, on peut en faire le tour à pied. La ballade fut faite en début de soirée, la lumière était parfaite pour capturer en images les sculptures qui jalonnent le chemin. En voici trois que j’ai particulièrement aimées.

Une sculpture végétale représentant un lion
Un lion majestueux en sculpture végétale sous les remparts de Neuf-Brisach.
Sculpture métallique d’un hippocampe
Un hippocampe aux allures steampunk, je le verrai bien dans mon salon si il y avait la place pour l’y mettre.
Une sculpture de femme en dentelle de métal
Une belle femme-dentelle en ferraille.

Et puis le long d’un mur, il y avait cette rose magnifique :

Une rose rouge devant un mur de pierres

- - -

Les vacances se sont terminées par deux mini randonnées.

La montée jusqu’au Mont du Donon le matin. Après une bonne grimpette parsemée de vestiges romains on découvre un temple, une vue plaisante sur la vallée et, ce jour là, un vent à décorner les diablotins.

Le temple du Donon
Le temple du Donon, les pierres tiennent sans aucun mortier.
Vue sur la vallée depuis le mont Donon
Vue de la vallée depuis le temple du Donon.

L’après-midi fut passé à marcher le long des vestiges du mur païen autour du mont Sainte Odile. Je ne me suis pas encombrée de l’appareil photo donc si vous voulez voir à quoi ça ressemble il faudra chercher sur le web ou aller y dégourdir vos gambettes.

La ballade vaut le détour si on aime marcher en forêt et contempler quelques vestiges au passage. On se demande comment ces grosses pierres ont été déplacées et assemblées avec les moyens de l’époque (vers 675, 681). A noter que la région est riche pour les amateurs de cailloux, le parcours est jalonné de plusieurs panneaux informant de la géologie locale.

Une dernière photo pour le plaisir des yeux :

Des coquelicots dans l’herbe
Jolis coquelicots poussant le long des remparts de Neuf-Brisach.